Versailles baroque, Versailles festif ou le règne de l’éphémère

Avant de devenir le lieu du pouvoir et d’incarner le classicisme français, Versailles fut une résidence d’agrément, éphémère et fragile, centrée sur son jardin, ses bosquets et ses folies. Ce Versailles baroque dont il ne reste aujourd’hui quasiment plus rien correspond à une vision du monde où, contrairement à l’idéal classique qui croira en l’existence d’une nature humaine éternelle et universelle, tout n’est que changement et mouvement.  Sur le plan artistique, cette vision s’exprime par le foisonnement des formes, la richesse de la décoration, la mobilité des tracés, l’effet de surprise. A Versailles, rien n’est plus important que la mise en scène et ses effets spectaculaires (lumière, décor, mouvement, jeu, illusion).

En savoir + sur les grandes fêtes sous Louis XIV

… Jusqu’à Louis XIV

Jusqu’à Louis XIV, les jeux équestres dominent les grandes fêtes royales.

Une ode à la musique et à la danse

Louis XIV aime la musique, le théâtre et la danse. Luly invente pour lui la tragédie lyrique, le grand motet, l’ouverture à la française…

Une ode à l’illusion

Les grands « magiciens » italiens que sont Torelli ou Vigarani, sont à l’origine de décors aussi somptueux qu’éphémères, et de machines destinées à éblouir et émerveiller les spectateurs.

Une ode à l’eau

C’est à partir de la Renaissance que la fontaine devient véritablement un objet esthétique. Des exemples célèbres précèdent Versailles : fontaines de l’Ovato et de Neptune à Tivoli, fontaines des places publiques de Rome…

Une ode à la mythologie

Avec la Renaissance, les mythes antiques retrouvent une vigueur toute fraîche qui, à Versailles, s’épanouit dans les figures d’Apollon et d’Hercule…


Versailles baroque aujourd’hui disparu