Edmé Bouchardon et Versailles

andrelenotre.com

Sculpteur du milieu du XVIIIe siècle, Edme Bouchardon atteint, de l’avis des experts, « un point d’équilibre entre la sévérité de l’Antique et la grâce du naturel rocaille ». A Versailles on lui doit trois sculptures. « Amour se taillant un arc dans la massue d’Hercule », installée en 1754 dans le Temple de l’Amour, fut critiqué par la Cour et même par le Roi  : « Quoi ? C’est là l’amour ? C’est donc l’amour portefaix ». On ne comprenait pas que l’artiste ait « préféré la souplesse élastique et maigre de l’adolescence à la mollesse potelée du Cupidon des peintres». Ses deux autres réalisations dans les jardins de Versailles ornent le bassin de Neptune : le « Dragon marin conduit par un Amour » (1739) et La figure de Protée (entre 1735 et 1739) qui parachève un des grands décors des jardins de Louis XIV. 

capture-decran-2016-09-07-a-08-36-07

Amour se taillant un arc dans la massue d’Hercule, Temple de l’Amour, jardin anglais du Petit Trianon

andrelenotre-com1

Amour chevauchant un monstre marin, Bassin de Neptune

Protée, bassin de Neptune

 

Publicités