Orangerie de Versailles : présentation

andrelenotre.com/

andrelenotre.com

« On descendra par la rampe droite de l’Orangerie et l’on passera dans le jardin des orangers, on ira droit à la fontaine d’où l’on considérera l’Orangerie, on passera dans les allées des grands orangers, puis dans l’Orangerie couverte, et l’on sortira par le vestibule du costé du Labirinte. »Manière de montrer les jardins de Versailles – Louis XIV

Une des plus belles réalisation de Jules Hardouin-Mansart

Les plantations conservées en hiver :

  • orangers du Portugal, d’Espagne ou d’Italie,
  • citronniers, grenadiers – certains ont plus de 200 ans –
  • lauriers roses,
  • palmiers y.

Le bâtiment

Construite par Jules Hardouin-Mansart entre 1684 et 1686, en remplacement de la petite orangerie édifiée par Le Vau en 1663, elle se compose d’une galerie centrale voûtée, longue de 150 mètres, prolongée par deux galeries latérales situées sous les escaliers des Cent-Marches. L’ensemble est éclairé par de grandes fenêtres.

Le parterre

Le parterre de l’Orangerie s’étend sur pas moins de trois hectares. Sous Louis XIV, il était orné de quelques sculptures aujourd’hui au musée du Louvre. Composé de quatre pièces de gazon et d’un bassin circulaire, il accueille en été 1 055 arbres en caisses, dont palmiers, lauriers-roses, grenadiers, eugénia et orangers qui séjournent en hiver à l’intérieur du bâtiment.

> Toutes les photographies de l’orangerie

Escalier

Vue sur la pièce d’eau des Suisses

Bâtiment

Parterre bas

Bassin

Grille