Louis Lerambert, sculpteur

Capture d’écran 2015-10-17 à 13.26.38

Louis Lerambert naît dans une famille nombreuse parisienne de quatre générations d’artistes, son grand oncle, Henri Lerambert (1550-1609), était un peintre en cartons de tapisseries. Son père, le graveur Simon Lerambert (1577-1637), est le fils de Louis I Lerambert (1538-1614), qui jouit d’un logement au Palais du Louvre à Paris et meurt en 1614. Louis Lerambert hérite de la charge des antiquités et marbres du roi en 1637, charge devenue héréditaire dans sa famille, que le roi lui retire en 1663. Il se forme dans l’atelier de Simon Vouet, récemment rentré de Rome, ou il rencontre le sculpteur Jacques Sarazin, et se lie avec le peintre Charles Le Brun et le jardinier André Le Nôtre.

Louis Lerambert reçoit ses charges de Louis XIII et Louis XIV pour les arts de la sculpture, du trumeau et de la sculpture décorative, des bustes et figures. Il est reçu à l’Académie royale de peinture et de sculpture en 1664.

Au château de Versailles, Lerambert fait partie de la première génération de sculpteurs œuvrant pour le château, notamment pour les comédies rustiques en pierre de la Petite Commande de 16644, dont une grande partie, détruite pour le projet des Jardins Grandioses, sont connues par les gravures de Jean Le Pautre. Parmi ses autres œuvres encore conservées à Versailles, on compte une paire de sphinx de marbre sur le parterre des Fleurs (1667-68), sculptée en collaboration avec Jacques Houzeau suivant un modèle de Jacques Sarazin, et six bassins à fontaine avec trios de putti jouant, musicien et enfant pour le parterre d’eau.

cliquez ici

Histoire du jardin 

L’image contient peut-être : une personne ou plus, téléphone et plein air

Capture d’écran 2015-09-03 à 17.23.47

Capture d’écran 2015-09-03 à 17.23.47

Capture d’écran 2015-09-03 à 17.23.47

Capture d’écran 2015-09-03 à 17.23.47