André Le Nôtre, Colbert et le Parc de Sceaux : présentation (17 photographies)

Toute demande de reproduction est à adresser à album.clubalpin-idf.com,polo-deepdelver.eklablog.comopusmang.comdecryptimages.netbesopha

Toutes les photographies sont attribuées et un lien redirige vers les autres photographies de chaque auteur. Si vos photographies sont présentées sur ce site, vous pouvez demander à ce qu’elles soient retirées ou que votre pseudo soit remplacé par votre nom de famille.

Jean-Baptiste Colbert, ministre de Louis XIV, acquit la seigneurie de Sceaux en 1670 et fit agrandir la première demeure datant de 1597. Des pavillons et deux ailes, en retour d’équerre, encadrent  le corps central que Colbert décide de conserver.

André Le Nôtre trace dans le parc de grandes perspectives, aménage des terrasses, des bosquets, des bassins et une cascade. L’ensemble s’orne également de nombreuses sculptures. L’essentiel de cette version du parc achevée en 1677 a consisté dans l’établissement d’un axe nord-sud parallèle à la façade principale du château reconstruit par Colbert. 

Les jardins commençaient du côté du village avec un bassin en demi-lune, puis suivait deux allées, une grande cascade et, en contrebas, le bassin dit de l’Octogone. D’est en ouest s’étageaient des terrasses à pans coupés. À l’est, le potager était dominé par le pavillon dit de l’Aurore. Le parc était orné de nombreuses statues dont le célèbre Hercule gaulois de Pierre Puget (aujourd’hui au Musée du Louvre). La Grande Cascade, dont les eaux sortaient des urnes de deux statues de fleuves dues à Antoine Coysevox, faisait l’admiration des contemporains.

Le fils aîné de Colbert, le marquis de Seignelay, poursuit l’embellissement du domaine après la mort de son père, en 1683. Il demande à Jules Hardouin-Mansart, premier architecte du roi, les dessins d’une nouvelle et vaste orangerie située au sud de l’entrée d’honneur.

andrelenotre-com2

Plan

Statues du parc

Rénovation des statues du bassin de l’Octogone